Beta Conseils
العربية

Détail de l'offre

Projet d’appui au système de santé (INAYA) recrute:
- Un consultant auditeur interne
Date limite: mardi 26 décembre 2017

Description:

République Islamique de Mauritanie

Ministère de la Santé

Projet d’appui au système de santé (INAYA)

No de Prêt/Crédit/Don : P156165

No. de référence: 13/PI/INAYA/2017

AVIS A MANIFESTATION D’INTERET POUR LE RECRUTEMENT D’UN CONSULTANT AUDITEUR INTERNE

      I.        Contexte et justification

Le Gouvernement de la République Islamique de Mauritanie vient d’élaborer et valider une Stratégie Nationale du Financement Basé sur les Résultats. Cette stratégie prévoit la mise en place d’un projet pilote de renforcement du système de santé appuyé par la Banque mondiale dans deux régions du pays. Il s’agit du projet INAYA dont l'objectif est d'améliorer l'utilisation et la qualité des services de santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile (SRMNI) en utilisant l’approche du financement basée sur la performance (FBP).

A ce titre l’Agence Internationale de Développement (IDA) a octroyé à la Mauritanie un financement à hauteur de 17 Millions de dollars US pour la mise en œuvre d’une expérience pilote de la stratégie Nationale du Financement Basé sur le Résultat (FBR) dans deux Wilayas (Région) du Pays (Hodh El Gharbi et Guidimagha) dans le cadre d’un Projet INAYA.

Le projet pilote comporte quatre composantes : (i) amélioration de l'utilisation et de la qualité des services de santé (SRMNI) au travers du Financement Basé sur la performance (FBP) ; (ii) augmentation de la demande de services de santé et (iii) le renforcement des capacités et de la gestion du Ministère de la santé et (iv) la gestion des urgences

     II.        Mission du consultant

Sous l’autorité du Comité de pilotage, l’auditeur interne est appelé à faire une revue trimestrielle des opérations et des comptes du projet. Dans ce cadre, l’auditeur utilisera une partie de son temps d’intervention prévue pour accompagner le projet dans la mise en œuvre de ses recommandations.

Dans ce cadre, l’auditeur devra :

  • Exécuter les missions d’Audit Interne en conformité avec les normes internationales régissant la pratique professionnelle de l’Audit Interne et les procédures admises ;
  • Proposer et faire valider le programme de revue annuel par le comité de pilotage (CONAP) ;
  • S’assurer que les procédures appliquées au niveau de toutes les entités et bénéficiaires qui sont impliquées dans la gestion des fonds soient conformes aux accords de financement et aux principes de transparence et de bonne gouvernance. Il prêtera une attention particulière, notamment au respect des pratiques saines en matière de gestion financière, de passation de marché et de l’administration générale ;
  • Identifier les dysfonctionnements ainsi que leurs conséquences et proposer les mesures appropriées pour y remédier ;
  • Evaluer la qualité du système de contrôle interne et jauger de l’efficience des opérations par approches opérationnelles (audit opérationnel) ; identifier les dysfonctionnements opérationnels, en évaluer les conséquences et proposer des moyens appropriés pour y remédier ;
  • Contrôler périodiquement les transactions financières, en s’assurant de leur opportunité, de leur régularité et des niveaux de risques, fraudes et corruptions éventuelles ;
  • Réaliser trimestriellement des inspections physiques ainsi que des visites de terrains auprès des bénéficiaires ; ces visites doivent être rotatives afin de couvrir durant les deux années l’ensemble des bénéficiaires ;
  • S’assurer et évaluer constamment la qualité des ressources humaines et matérielles affectées à la gestion des ressources financières ;
  • Vérifier la sincérité et la fiabilité des informations financières et comptables du projet, ainsi que la sécurité des enregistrements comptables :

ü  Éligibilité des dépenses, respect des allocations budgétaires et catégorielles,

ü  Justification des dépenses : contrôle de la force probante et de l’authenticité des pièces justificatives (absence de ratures, d’indices de falsification, etc.),

ü  Qualité et efficacité du classement et de l’archivage des pièces comptables ;

  • Examiner l’efficacité de la protection des acquis : codification des immobilisations, système et outils de gestion de la comptabilité matière (inventaires des immobilisations, livres et divers documents d’enregistrement de la comptabilité matière, fiches de stock, etc.) ; le contrôle des biens acquis s’étendra aux acquisitions réalisées aussi bien pour le fonctionnement du Projet mais également celles destinées aux structures bénéficiaires de ses financements ;
  • Mener des missions spéciales d’investigation ainsi que des contrôles inopinés dans  toutes les entités intervenant dans les activités gérées au niveau des différents échelons de la mise en œuvre ; ces investigations et contrôles portent sur les services administratifs y compris la passation de marché, comptables, financiers et techniques des différents acteurs impliqués à quelque niveau que ce soit dans l’exécution des activités  du Projet, et cela en conformité avec les termes légaux de leur collaboration avec  le projet;
  • S’assurer que les recommandations des auditeurs externes, tant financiers que techniques, y compris celles de l’IDA, sont prises en compte et dûment exécutées par les différentes structures ayant la charge de leur mise en œuvre ;
  • Mettre à jour les manuels de procédures du Projet tout en les améliorant 
  • Procéder à l’élaboration de la cartographie des risques et à sa mise à jour.

    III.        Rapports et documents à fournir par le consultant

  • Il élaborera dans les deux mois qui suivent son recrutement, la charte d’audit et un programme de travail basé sur la cartographie des risques qui seront soumis au CONAP pour validation ;
  • Un rapport trimestriel sur l’état d’avancement de la mise en œuvre de son programme, les difficultés rencontrées, les solutions envisageables pour l’exécution de sa mission, sa contribution à la mise en œuvre du plan d’actions issu des recommandations formulées, le programme de travail du trimestre à venir. Il mettra en exergue les difficultés et obstacles qui auront empêché à mettre intégralement en œuvre ses recommandations. Ce rapport devra être disponible dans les 45 jours qui suivent la fin du trimestre ;
  •  L’auditeur interne transmet en trois (3) exemplaires, ce rapport. A la fin de l’année, il dressera en plus, un rapport d’activités avec les propositions de programme de revue pour l’exercice suivant basé sur les faiblesses identifiées ;
  • Le service ou l’entité auditée dispose de 20 jours pour réagir au rapport provisoire de l’auditeur interne ; le rapport définitif est remis cinq (5) jours ouvrables après la réception des observations de la direction sur le rapport provisoire.
  • Le rapport final de l’auditeur interne sera transmis, au coordinateur national, au CONAP, à l’inspection interne du ministère aux services/entités audités et une copie sera transmise directement à l’IDA.

    IV.        Qualifications du consultant

L’auditeur interne devra  avoir un diplôme supérieur (BAC + 5 ) en audit et/ou comptabilité ou être titulaire du Diplôme Supérieur Comptable (MSTCF, DSCG, DESCF, DESCOGEF), et jouissant d’une très bonne expérience d’au moins 10 ans dans un cabinet d’’audit  ou en audit et missions d’expertise comptable et de conseil en gestion dans des agences d’exécution de projets de développement financés par les bailleurs de fonds internationaux (Banque mondiale, AFD, BAD, Union Européenne…) dont trois (3) ans en audit interne.

L’auditeur interne devra également :

  • Avoir une bonne connaissance des normes internationales d’audit interne et du COSO.
  • Avoir une bonne expérience pour diriger une équipe (chef de mission ou d’équipe).
  • Avoir une bonne maîtrise de l’outil informatique (traitement de textes, tableurs, gestion de projet et Internet notamment) ;
  • Avoir une bonne expression écrite et orale en français et une excellente capacité d’analyse et de synthèse ;
  • Avoir de bonnes dispositions pour le travail en équipe ;
  • Être de bonne moralité.

     V.        Durée de la mission :

Le contrat de l’Auditeur interne sera d’un (1) an renouvelable par reconduction sous réserve de l’évaluation annuelle satisfaisante de ses performances et ce jusqu’à la fin du projet, après une période probatoire de six (6) mois au cours de la première année.

    VI.        Composition du dossier de candidature :

·         Un CV actualisé et signé ;

               ·         Une lettre de motivation signée ;

               ·         Une copie des diplômes et des attestations.

                        VII.        Adresse de dépôt des candidatures et contact :

Les dossiers de candidature doivent  être déposés au secrétariat du Secrétaire Général du Ministère de la santé, au plus tard, le 26 décembre 2017 à 12 Heures,  au 2ème étage du siège du Ministère de la Santé, Téléphone : 45 25 22 68 Adresse Email : toutouelwaghef@gmail.com




Offre en ligne depuis : mercredi 06 décembre 2017

pub Espace Publicitaire










Beta Conseils © - Tous droits réservés

 

Mesurez votre audience

.